Sommaire

Le bruit est une nuisance importante dans la vie de tous les jours, mais elle l’est encore plus dans certains milieux professionnels. Pour contrer cette nuisance, le casque anti-bruit est un accessoire incontournable dont nous vous parlons tout de suite !

Casque anti-bruit : la réglementation

La réglementation est très stricte : à partir de 80 dB, des protections auditives doivent être fournies par l’employeur et, à partir de 85 dB, elles deviennent obligatoires.

La douleur au bruit apparaît au-delà de 120 dB. À titre d’exemple, une tronçonneuse émet une bruit compris entre 80 et 120 dB, et un marteau-piqueur plus de 120 dB.

Mais le bruit ne se caractérise pas uniquement par le nombre de décibels, la fréquence exprimée en Hertz rentre aussi en ligne de compte. Les sons basse fréquence sont les plus dangereux.

Comme les bouchons d’oreilles, les casques font partie des Protecteurs Individuels Contre le Bruit (PICB).

Lire l'article Ooreka

Les différents modèles de casques anti-bruit

Le but de chacun de ces modèles est de diminuer le bruit parvenant aux oreilles ; ils atténuent les effets nuisibles du bruit sur l'ouïe telle que la perte de l’audition temporaire ou permanente ou encore acouphènes. En outre, il ne faut pas négliger le développement du stress et de la fatigue qui peuvent découler d’une exposition prolongée au bruit.

Les fabricants ont l’obligation d’afficher, pour chaque système de protection auditive, le SNR (Single Number Rating) qui correspond à l’indice d'affaiblissement du bruit.

Pour les équipements bénéficiant de la norme NF EN 352, ce taux est compris entre 26 et 36 dB.

Le principe de conception est toujours le même : 2 coquilles en ABS avec des coussinets intérieurs en PVC voire en mousse pour un meilleur confort et reliées entre elles par un serre-tête ou un serre-nuque.

Dans certains modèles, les coquilles et les arceaux sont remplacées par des étriers, permettant leur fixation de chaque côté d’un casque de protection pour la tête ; cet équipement est particulièrement intéressant pour les travaux extérieurs où la tête doit, elle aussi, être protégée.

Les casques, dits passifs, ne contiennent aucun élément électronique. Ils se contentent de filtrer le bruit parvenant aux oreilles.

Le casque anti-bruit actif est équipé d’un micro et d’un haut parleur ; le premier écoute le bruit et renvoie grâce au second un bruit en opposition de phase, créant ainsi une zone de silence autour de l’oreille. Le fonctionnement requiert des piles ou une batterie.

Utilisation et entretien d’un casque anti-bruit

Pour être efficace, un casque anti-bruit doit recouvrir toute l’oreille. Les coquilles sont positionnées en ajustant l’arceau les reliant. Il est important que les oreilles soient parfaitement dégagées, en attachant les cheveux si besoin est.

Le casque anti-bruit est sans aucun doute la protection auditive la plus efficace. Il présente cependant l’avantage d’être plus lourd et plus encombrant que des bouchons d’oreilles.

Si le casque est prévu pour plusieurs utilisateurs, il doit être nettoyé après chaque usage ou bien avoir ses coussinets recouverts d'une protection à usage unique.

Lire l'article Ooreka

Casque anti-bruit : prix et points de vente

Les magasins de bricolage et les sites internet généralistes ou dédiés aux travaux proposent des casques anti-bruit de toutes sortes.

Les questions à se poser avant l'achat sont les suivantes :

  • À quel type de bruit suis-je exposé ?
  • Combien d’heures par jour vais je le porter ?
  • Quel est l'indice d'affaiblissement du bruit du modèle envisagé ?

En cas de doute, demandez l’avis à un professionnel.

Une sur-protection sonore peut se révéler aussi dangereuse que pas de protection du tout : impossibilité d’entendre une alarme, une consigne, difficultés à percevoir des signaux de danger...

La fourchette de prix est très étendue : depuis moins de 10 € pour un casque basique et jusqu’à 200 € pour un casque haut de gamme.

Ces pros peuvent vous aider